Réflexions sur le développement, la solidarité, la participation et la subsidiarité

Auteur: Pablo Martínez de Anguita

Il existe une perception largement répandue selon laquelle la promotion du développement est principalement une question de ressources. Cela amène à penser que les objectifs de développement durable pourraient être atteints simplement à travers l’injection de plus de ressources. Il est clair que l’on tient en compte d’autres aspects, tels que la création de capacités productives et d’emploi, la conception de politiques, l’équitable et durable gestion des ressources naturelles ou la construction d’une gouvernance démocratique, mais la question des ressources accapare toute l’attention.

foto desarrollo

Permettez-moi ici d’entrer dans des considérations plus personnelles et par conséquent dans une partie plus philosophique, sans que bien sûr ces réflexions n’éclipsent la question centrale : Comment le développement apparaît-il ?

J’ai volontairement utilisé le mot « apparaître ». C’est la première question que nous devons nous poser. Le développement, entendu comme croissance de possibilités, capacités et dignité humaine « apparaît »-il ? Je crois que oui, que le développement apparaît ou est la conséquence d’un « sujet conscient », un moi qui n’est pas seulement un « terminal » auquel transférer des ressources, mais qui a les capacités de réagir de façon appropriée aux opportunités qui apparaissent.

Le développement apparaît quand une personne est capable de redécouvrir le désir d’améliorer sa propre condition.

Le développement apparaît quand, en plus de mettre à disposition des ressources, une personne est capable de redécouvrir le désir de construire, d’améliorer sa propre condition et d’éduquer ces potentialités et capacités qui font de chacun un acteur dans le processus de développement. A partir de là si ce que nous cherchons est arriver à articuler les grands idéaux de la coopération au développement (la liberté, l’équité, la solidarité, la tolérance, le respect de la nature et les responsabilités partagées) nous devons avant tout comprendre que seule une relation entre des individus, mue par des idéaux qui respectent toutes les dimensions humaines et lancent un défi à la responsabilité (avec le subséquent risque du compromis) peuvent aider à la croissance de sujets protagonistes et responsables de leur développement[i].

Cliquez ici pour accéder à l’article complet. (en Espagnol – 260 KB) 

[i] Vitaddini, G. 2011. Prologue du livre “À la racine du développement: l’importance du facteur humain” de G. Berloffa, G.Folloni. I.Schnyder v.W. – Editions Encuentro, Madrid 2011.

Leave a Reply