Le prochain Forum de la Nouvelle Économie et Innovation Sociale analysera de nouveaux modèles économiques et d’innovation sociale afin d’offrir une meilleure réponse aux problèmes de la société. L’Union Européenne, qui se fait déjà écho de certaines de ces propositions, est très bien positionnée pour favoriser ces changements.

Economie Circulaire

Le monde a besoin de reconsidérer ses sources de croissance et la distribution des richesses. D’un côté, la croissance, notamment dans les sociétés postindustrielles, est moindre et de nombreux emplois sont détruits conduisant à des taux inadmissibles de chômage. D’autre part, le système économique traditionnel génère des inégalités qui limitent la croissance. L’emploi doit se convertir en un objectif prioritaire de l’économie. Cette prémisse n’est pas évidente et le sera probablement encore moins à l’avenir. En outre, il est peu utile de générer de la richesse si celle-ci reste dans les mains d’un petit groupe, affectant négativement l’économie [1]. C’est seulement de cette façon qu’il sera possible de construire des sociétés saines, moins couteuses et plus durables.

L’Union Européenne a pour mandat constitutionnel de promouvoir l’économie avec une approche sociale. D’un point de vue commercial et stratégique, la Nouvelle Économie est intéressante pour contribuer à positionner l’Europe et profiter des changements qui dérivent des nouvelles technologies. De plus, la Nouvelle Économie est plus conforme aux valeurs européennes. Il est opportun de rappeler ici les mots de Robert Schumann, un des pères de l’Union Européenne : « Au delà de chaque pays nous reconnaissons de plus en plus clairement l’existence d’un bien commun, supérieur á l’intérêt national, ce bien commun où se fondent et se confondent les intérêts individuels de nos pays. »

Il est nécessaire de reconnaître que l’Europe exerce son rôle de moteur de changements structurels. L’ambitieux programme Horizon 2020 s’inscrit dans cette lignée pour transiter vers une société de la connaissance et une économie á faibles émissions de carbone, ainsi que les directives liées à la promotion de la responsabilité sociale corporative ou la communication sur l’économie circulaire avec un vaste programme d’actions pour l’encourager au cours des années à venir [2].

Mais il reste encore un long chemin à parcourir. L’Europe développe une stratégie ambitieuse d’amélioration de la compétitivité associée à la transition vers la société de la connaissance et des services, mais elle peut aller au-delà pour orienter ces efforts sur la voie des demandes pour une économie plus inclusive et durable.

Sans aucun doute, l’Union Européenne, qui est déjà impliquée, est particulièrement bien positionnée pour favoriser ces changements. D’autre part, il existe des propositions pour réformer le Marché Unique qui supposent une opportunité de poser les bases d’une économie différente[3].

L’Europe développe une stratégie ambitieuse d’amélioration de la compétitivité associée à la transition vers la société de la connaissance et des services.

Pour avancer dans cette optique, le Comité Économique et Social Européen a récemment collaboré à l’organisation d’un séminaire sur la nouvelle économie et l’innovation sociale qui a eu lieu à Bruxelles. Au sein de ce séminaire, où fut présenté le I Forum de Nouvelle Économie et Innovation Sociale (forum NESI pour ses initiales en anglais), des  initiatives de nouvelle économie furent présentées et un débat a eu lieu sur des aspects qui y sont liés avec des membres de l’Union Européenne. Cette rencontre avait comme objectif de contribuer au débat entre la Commission Européenne et la société civile sur comment avancer pour faire de ce type d’économie une réalité. Ce fut le point de départ d’un débat qui se prolongera à Malaga (Espagne) du 19 au 22 avril lorsque ces mêmes acteurs (institutions publiques et privées, académiciens et citoyenneté)  se réuniront pour poser les bases d’une économie plus juste, durable, collaborative et centrée sur les personnes.

Ainsi, dans le cadre du forum NESI, une session intitulée « Nouveaux modèles économiques et innovation sociale : une opportunité pour une Europe meilleure » sera organisée le 18 avril prochain afin de créer un débat autour de ces thématiques, avec la présence de Brenda King et de Carlos Trías Pinto du Comité Économique et Social Européen (CESE). Pour obtenir plus de détails concernant la session, cliquez ici.

Tout comme l’a déclaré Georges Dassis, président du CESE : « C’est l’obligation de l’UE de gérer de façon efficace la transition de l’Europe vers un modèle qui nous mène à la croissance économique durable – l’unique forme de croissance possible pour une planète surexploitée comme la notre. Le CESE utilisera ses fortes connections avec la société civile pour assurer que ce changement de paradigme se mette en place avec succès. »

 

[1] Selon  J. Rifkin

[2] La Commission Européenne a adopté le 2 décembre 2015 un paquet ambitieux pour promouvoir la transition de l’Europe vers une économie circulaire.

[3] Voir Communication de la Commission du 28 Octobre 2015 : “Upgrading de Single Market: more opportunities for people and business”.

 

Leave a Reply