Une étude réalisée par l’AECID analyse le rôle des entreprises espagnoles pour atteindre les Objectifs de Développement Durable en Amérique Latine

Auteur: Mélanie Romat
Entrepise et développement

Les 17 Objectifs de Développement Durable, approuvés pendant le Sommet du Développement Durable des Nations Unies en Septembre 2015, ont représenté une étape historique en termes de compromis pour le développement, avec le potentiel d’orienter les politiques publiques de tous les pays signataires au cours de la période 2015-2030.

Bien que ces nouveaux objectifs se situent dans la lignée des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), ils apportent également un élément nouveau : le rôle crucial de l’entreprise privée pour pouvoir atteindre les objectifs fixés, inscrit dans l’Objectif 17.

Dans le but d’identifier de quelle façon l’entreprise peut contribuer à l’exécution des ODD, l’Agence Espagnole de Coopération Internationale pour le Développement (AECID) a réalisé, avec le soutien de Forética, une Étude sur la contribution de l’Entreprise à l’Agenda des Objectifs de Développement Durable.

La recherche a été exécutée selon 3 objectifs principaux : établir une méthodologie pour l’intégration du développement durable dans leurs modèles économiques, aider les entreprises afin qu’elles intègrent le développement durable dans leurs opérations, aligner la contribution des entreprises espagnoles avec les objectifs de développement des pays destinataires.

Pour mener à bien cette étude, 7 pays de la région ont été sélectionnés (Colombie, Equateur, le Salvador, Guatemala, Paraguay, Pérou, République Dominicaine) – considérés comme prioritaires car ils font partie du Plan Directeur de la Coopération Espagnole – au sein desquels le niveau d’avancement de chaque ODD a été soigneusement étudié. Dans chacun de ces 7 pays, la présence des entreprises espagnoles a été analysée ainsi que le rôle qu’elles jouent, ou qu’elles pourraient jouer, pour atteindre les ODD. En suivant cette  méthodologie, il a été possible d’établir des domaines d’amélioration et des secteurs prioritaires pour chaque pays.

Dans chacun de ces 7 pays, la présence des entreprises espagnoles a été analysée ainsi que le rôle qu’elles jouent pour atteindre les ODD.

À titre d’exemple, nous pouvons parler du Guatemala, un pays qui présente une situation d’extrême inégalité [1], mais qui a manifesté son engagement vis-à-vis du développement avec la ratification des OMD en 2000 et à travers son « Plan National de Développement K’atun : Notre Guatemala 2032 ».

Dans cette optique, les efforts du pays ont permis d’atteindre une amélioration significative pour les ODD 13 (Lutte contre le changement climatique), 6 (Eau propre et assainissement) et 11 (Villes et Communautés durables). Cependant, 3 ODD sont encore à la traine et présentent un important retard quand à leur possible accomplissement : l’ODD 12 (Consommation et Production Responsables), l’ODD 9 (Industrie, Innovation et Infrastructure) et le 17 (Partenariats pour réaliser les objectifs).

Si l’on tient compte du fait que les entreprises espagnoles installées au Guatemala appartiennent à trois secteurs principaux (Industrie Manufacturière, Activités Professionnelles, Scientifiques et Techniques, et Information et Communication) l’étude offre des recommandations pour qu’elles puissent développer leur activité dans le pays de façon plus durable et contribuer ainsi à l’accomplissement des ODD les moins avancés. Dans le cas du Guatemala, il est par exemple recommandé que les entreprises prennent en compte l’ODD 12 au moment de gérer leurs processus productifs à travers leur chaîne d’approvisionnement, ou bien en encourageant la consommation durable à travers la sensibilisation sociale. La préparation de rapports sur le développement durable pour encourager l’intégration de la responsabilité sociale dans le tissu entrepreneurial local est également recommandée

En plus de cette analyse détaillée par pays, l’étude offre un outil précieux sous forme de guide, examinant l’importance de chacun des ODD et expliquant pour chaque cas de quelle façon l’entreprise peut agir pour aider à leur exécution. De plus, chaque Objectif est associé à une série d’outils qui peuvent servir d’appui dans cette direction.

Le rapport, qui a été présenté officiellement le 30 Mai dernier dans les locaux de l’AECID, représente un instrument très utile pour que les entreprises de la péninsule puissent intégrer la notion de développement à leur modèle d’affaires.

Dans ce processus, la mesure est un autre facteur clé, et il est fondamental de pouvoir se baser sur des indicateurs clairs permettant de savoir avec précision quelle est notre position et le chemin qu’il reste à parcourir.

Le secteur privé a beaucoup à apporter en termes de développement et il est primordial que les entreprises soient informées et disposent d’instruments pour pouvoir agir. L’étude de l’AECID est l’un d’entre eux et il faut espérer qu’elle recevra l’attention qu’elle mérite pour mener à bien le changement. Même si, au-delà des instruments, tout dépend de la volonté corporative de vouloir offrir une contribution effective à ce défi mondial que suppose l’accomplissement des ODD.

[1] L’indice Gini du pays est de 0,487

Leave a Reply